La grammaire et l’orthographe doivent être soignés si vous travaillez en entreprise car la moindre faute peut être très mal perçue par votre interlocuteur qui, s’il est un client, peut douter de votre fiabilité. Si une faute d’orthographe ou de frappe s’est glissée dans votre présentation, c’est que vous n’y avez pas apporté assez d’attention. Le client peut alors se demander si vous porterez assez d’attention à ses projets. Voici donc quelques rappels pour éviter de petits désagréments.

Les participes passés

Pour accorder correctement un participe passé, il faut toujours se demander à quoi il correspond dans votre phrase. Par exemple, dans la phrase : « Nos objectifs ont été atteints. », « atteints » correspond aux objectifs et doit donc s’accorder. Mais comme rien n’est jamais si simple, il ne s’accorde pas si la phrase est dans ce sens : « Nous avons atteint nos objectifs. » car « objectif  » vient après l’auxiliaire avoir.

Dans la phrase « L’innovation est essentielle. », « essentielle » se rapporte à l’innovation et, étant donné la présence de l’auxiliaire être, il s’accorde toujours. Vous suivez ? Très bien, alors passons à la suite.

L’infinitif

Après « à », « de », « pour » ou « sans » (moyen mnémotechnique : « à 2% ») le verbe sera toujours à l’infinitif. Cette régle vaut aussi si deux verbes se suivent. Ainsi, dans la phrase « Nous devons arriver à retirer de l’argent. », les deux règles sont présentes.

Les substantifs en « é »

Dès que l’objet est tangible, il faut écrire « ée » (exemple : une poignée, une cornée, etc.). Si le concept est abstrait, il faut simplement écrire « é » (exemples : la vérité, la postérité, etc.). La seule exception à cette règle sont les notions de temps (exemples : durée, journée, matinée, etc.).

Les nombres

Vous ne trouverez jamais de « s » aux chiffres ou à mille. Par exemple : « les enfants sont quatre » ou encore « Nous avons réalisé dix mille euros de bénéfices » sauf si vous parlez de milles nautiques (à ne pas confondre avec les miles anglo-saxons).

Millier, million et milliard, quant à eux, prennent un « s », tout comme leurs dérivés (millionnaires et milliardaires) car ce sont des noms et pas des adjectifs.

Les deux nombres suivants peuvent être de vrais pièges : 100 et 20. Pour cent, retenez simplement qu’il ne prend de « s » que lorsqu’il est précédé par un chiffre (exemples : deux cents,trois cents,etc. jusqu’à neuf cents) et qu’il n’en prend pas utilisé seul (exemple : cent chevaux), suivi d’un nombre (exemple : deux cent cinquante-deux) ou utilisé dans une date (exemple : en l’an mille cinq cent, que l’on peut aussi écrire mil cinq cent). Les règles sont les mêmes pour 20 (exemple : quatre-vingts, en l’an mil deux cent quatre-vingt, etc.).

Ce sera tout pour aujourd’hui

Pour plus de conseils en conjugaison, vous pouvez voir votre bon vieux Bescherelle. Si vous n’avez pas envie de faire attention à chacun de vos mots ou si vous craignez qu’une coquille se soit glissée dans vos documents, vous pouvez opter pour un service de relecture et de correction !

Partagez l'article