La SARL est la forme juridique préférée des entrepreneurs français. En effet, les sociétés à responsabilité limitée sont presque parfaites et voici pourquoi.

Les avantages

  • La responsabilité de chaque actionnaire est limitée en fonction de son investissement initial.
  • Il est possible de céder des parts librement entre associés, ascendants, descendants et conjoints (à moins d’une clause d’agrément fixée dans les statuts de l’entreprise)
  • Le capital minimum exigé est assez limité
  • Le choix de la raison sociale (nom de la société) est libre bien que la mention « SARL » reste obligatoire.
  • Une personne seule peut être fondatrice de la société.
  • L’impôt est progressif : la division des bénéfices (le salaire des associés étant considéré comme une charge dans ce statut) pourrait briser la pointe de la progressivité
  • Les bénéfices issus de la vente de parts sociales ne sont pas imposables.

Les inconvénients

  • Vous devez verser 20 % des apports en espèces dès la constitution de la société (le restant dû doit être réglé dans les 5 ans suivant celle-ci).
  • Le gérant se doit d’être une personne physique et non morale.
  • Le rendement et le capital de la SARL, ainsi que le revenu et la fortune de l’associé sont doublement imposés.
  • Les organes, capital et parts sociales sont librement consultables au registre du commerce
  • Les frais de gestion peuvent être assez conséquents : protocoles, assemblée des associés, formulaires fiscaux…

Partagez l'article