Financer son entreprise, ce n’est pas chose aisée, surtout quand on se lance et qu’on est débutant. 

Penser au love money

Cela consiste à lever des fonds auprès de ses proches. Ils participent ainsi à la création de notre entreprise, se sentent plus ou moins redevables et sont satisfaits quand les affaires sont rentables. De plus, ils sont moins difficiles à convaincre que des banquiers et nous font davantage confiance. Par contre, pour que ce soit un apport important, il faut soit que vos amis disposent d’une fortune personnelle conséquente, soit qu’ils soient nombreux. Si vous avez la chance d’avoir des amis qui possèdent ces deux qualités, n’attendez plus pour en profiter !

 

Le crowdfunding

En français, nous parlons de « financement participatif » : issu des Etats-Unis, ce phénomène repose sur la mise en valeur de son projet de création d’entreprise sur Internet en passant par des plateformes (comme Kisskissbankbank par exemple) et d’inviter les internautes, d’où qu’ils viennent, de tout âge, sexe, CSP, à investir dans notre entreprise en un clic : cela peut être sous forme de don, de prêt, de levée de fonds. Votre mission dans ce cas : mettre votre projet sur son 31, vous devez absolument charmer et conquérir un maximum de personnes possible.

 

Le crédit bancaire

Sûrement le plus dur à obtenir ! Avec la crise, les banquiers sont de plus en plus récalcitrants à l’idée d’accorder des prêts bancaires, surtout car la solvabilité est devenue assez rare ces dernières années. Un comité de crédit se réunit à chaque fois pour décider s’ils acceptent le projet ou non, et c’est la croix et la bannière, que le projet soit de taille importante, moyenne ou inférieure, vu que de nos jours seules deux ou trois banques sur dix accordent des prêts.

 

Le prêt d’honneur

C’est un prêt à taux zéro utilisé pour booster un financement et qui constitue un apport majeur du point de vue des banques, qui peut réussir à les convaincre à prêter le double ou le triple de la somme apportée.

 

Les aides particulières

Environ 6 000 aides nationales et régionales peuvent financer les frais de développement d’une entreprise. Et c’est le chiffre d’affaire réalisé qui détermine le montant des remboursements.

 

Les business angels

Véritables experts dans le secteur de notre projet, ou personnes au lourd portefeuille, les business angels sont pour la plupart du temps, des gens qui ont du temps et/ou de l’argent à accorder afin de financer une création d’entreprise. Elles apportent leur expérience, un soutien financier et moral, s’intéressent réellement au projet.

Partagez l'article